HISTOIRE

Le château de Tocqueville étonne tout d’abord par son aspect composite, conséquence de trois périodes de construction différentes (16ème, 18ème et 19ème siècles). Cette diversité d’architecture lui donne un charme particulier, tout en lui conservant son aspect harmonieux. Le château est classé Monument Historique pour son architecture. Par ailleurs, il a appartenu au célèbre intellectuel, sociologue et homme politique Alexis de Tocqueville (1805-1859), auteur de « De la démocratie en Amérique ».

Au 16ème siècle, la propriété était composée d’une large maison normande flanquée de deux tours. Une troisième tour, servant de pigeonnier, se situait à l’extrême limite de la cour, accessible par un porche. Vers 1840, le porche fut transféré pierre par pierre au milieu de l’allée afin de donner plus d’espace au domaine.

Déjà au 16ème siècle, ce manoir était considéré comme noble ; comme l’indique le bandeau de pierre qui ceinture le pigeonnier, son propriétaire était titulaire d’un droit de basse justice, il était en quelque sorte juge de paix de l’époque.

En 1661, le manoir devint propriété de la famille Clérel dans le cadre d’un échange. En fait, depuis son origine, la propriété n’a jamais fait l’objet d’une vente. Les Clérel habitaient la basse-Seine jusqu’à ce qu’une alliance avec les Rampan les amenât dans la région de St Lô. En devenant propriétaire du manoir de Tocqueville, ils prirent le nom du fief, comme il était alors d’usage : Clérel de Tocqueville.

Au 18ème siècle, les Tocqueville s’allièrent par des mariages avec de grandes familles proches de la Cour, ce qui améliora leur situation financière et permit la transformation du manoir en château. La façade actuelle fut plaquée sur le manoir qui fut agrandi en direction du sud. Le château fut complété par la construction des communs et de la maison du garde. La période de la révolution n’eut pas de grandes conséquences pour la propriété si ce n’est la destruction du toit du pigeonnier, symbole nobiliaire, et le barbouillage en noir du mot « roy » dans les ouvrages de la bibliothèque.

Au 19ème siècle, Alexis de Tocqueville et sa femme Mary Morley souhaitèrent aménager un parc à l’anglaise, ce qui était à la mode à l’époque. Ils firent abattre les haies du bocage environnant et créèrent l’étang visible du château. Enfin, en 1896, le Comte Christian de Tocqueville fit bâtir la tour carrée au sud, qui complète l’aspect général du domaine.

La dernière guerre n’a pas laissé de traces, à part quelques blockhaus disséminés dans la propriété. En 1954, un incendie a ravagé le château. La famille décidait de tout reconstruire dans le style original et les travaux se sont poursuivis jusqu’à une époque récente. Encore aujourd’hui, le seul entretien des bâtiments et des toits nécessite une attention constante des propriétaires.

L’exceptionnel ensemble des toitures qui a été construit en schistes de Tourlaville, chevillés et jointoyés au mortier de chaux, est typique de l’habitat du Val de Saire. N’oubliez pas d’admirer l’intérieur remarquable du pigeonnier composé de 2500 boulins (ou cases).

Comments are closed.